Monnaie

De Wiki SIO EDM
Révision de 30 décembre 2018 à 21:59 par Ichafyfy (discussion | contributions) (Histoire majeure de la Monnaie)

Aller à : navigation, rechercher

Définition : Monnaie

La monnaie a connu des développements fiduciaires et scripturales à une toute autre dimension. En effet, elle est devenu une sorte d’organisme matériel qui prend vie et qui possède une autonomie. Généralement, la monnaie est considérée comme une unité monétaire dans un état mais ce n’était pas toujours le cas. Elle était considérée comme un instrument d'échange qui avait pour premier but de faciliter les relations entre commerçants.

Une partie d'Histoire..

L'apparition de la Monnaie

Pesée de marchandises, amphore du Peintre de Taléidès, v. -540/-530 av. J.-C., Metropolitan Museum of Art

Durant l'Antiquité, ce qui permettaient aux anciennes civilisations de se procurer tous ce dont ils avaient besoin était les échanges. Mais les échanges étaient considérés comme facultatifs. Les familles s'efforçaient à subvenir à leur besoins par leur propre moyens. Et c'est seulement par extrême nécessité qu'ils procédaient à un échange avec d'autres personnes. Les échanges consistaient (et consistent toujours) à troquer une chose pour une autre. Un sujet donne à l'autre ce qu'il n'a pas. Il s'agit donc, en quelque sorte, d'un don réciproque, entre deux choses jugées équivalentes. Chaque civilisation possédait une économie fermée et pratiquait ce qu'on appellerait de nos jours une politique "isolationniste". (C'est à dire, qu'ils ne dépendaient que d'eux). Analysant le passage du troc à l'échange, Aristote montre que la monnaie inventé comme moyen d'évaluer des biens différents, est devenue une fin en soi, dans le but d'accumuler des richesses (ce qu'il appelle "chrématistique"). Malgré l'équité qui fonde la monnaie et le profit, les échanges peuvent être injustes.


Ainsi Aristote défini la monnaie comme étant bâtie sur 3 principes :

- Une unité de compte  :
La monnaie doit permettre les échanges. C’est-à-dire qu’une personne doit être dans la capacité de pouvoir échanger un bien contre un service. À ce niveau, les échanges se font à valeur équivalentes. L’apparition des monnaies a permis une certaine disparition du troc.

- Outil de réserve de la valeur :
La monnaie peut-être une chose matérielle qu’on pourrait stocker. En effet, plus elle est épargnée, plus elle prend de l’importance. Et en ce sens la monnaie aurait perverti les échanges en devenant un bien en soi et non pas seulement un moyen d'échanger des biens.

- Outil permettant de faire des échanges :
La monnaie permet aussi de donner une valeur à un bien et elle permet de faciliter les échanges. C’est-à-dire que pour un bien donné, celui-ci aura une valeur monétaire qui lui est propre.

La Monnaie et la République Romaine

Déesse : Junon

À l'origine, le terme de « Monnaie » est issu du nom d’une déesse d’origine Romaine qui se nommait : « Junon Moneta ». Juno Moneta était considéré comme la soeur et l'épouse de Jupiter, un autre Dieu.

Avant l'apparition de la monnaie en Italie, l'économie se basait sous deux différentes formes de valeurs : le bétail et de grosses pièces de bronze "d'aes rude" une valeur qui se mesurait grâce à la masse). Il y avait bien la présence de "pièces", mais ils n'avaient aucune valeur monétaire à proprement parlé. Dans l'histoire de la république romaine, la monnaie a fait son apparition au début du III ème siècle. C'est une apparition assez tardive qui représente la naissance du "Denier", qui s'agissait d'une pièce d'argent, d'un poids d'environ 3 à 4 g. Le système monétaire était fondé sur une base de bimétallisme, c'est à dire qu'il y avait deux deux égalités métalliques légales. Néanmoins, la république romaine était en retard contrairement au reste du monde occidentale, qui avait commencé à utiliser les principes de la monnaie dès le VII ème siècle avant J-C.

663 pièces Antiques trouvées à Sousses (Turquie)

Dès lors, le denier était devenu la principale monnaie d'argent de Rome et a été utilisée sur plus de 4 siècles consécutifs. Il a été produit en très grandes quantités, et fait parti d'une panoplie d'autres monnaies en argent que l'on appelait : Quinaire. Le Quinaire est aussi une monnaie romaine, valant un demi-denier. Les derniers quinaires ont été fabriqués sous le règne de Trajan.

Au cours des siècles suivant, les monnaies ne faisait pas leur apparition par pur hasard. Effectivement, elles résultaient d’événements historiques dans lesquels leurs valeurs qui faisaient l’économie de la république, perdaient presque toute signification. Les principaux responsables de l’émission des monnaies, étaient appelés les monnayeurs. C’est eux qui choisissaient la quantité de pièces à produire. Chaque choix qui a été pris par les monnayeurs pouvait devenir (et c’était certainement le cas) des messages politiques. Et concernant les symboles inscrit sur les pièces, ils étaient choisis par le Sénat. La république romaine était une phallocratie, qu’elle était dirigée par des hommes. Et n’était pas dans une autorité rationnelle, où les personnes étaient prises car on les jugeait apte à occuper un poste. Le Sénat est l’exemple par excellence : chaque personne qui le composait, avait un lien de sang avec un prédécesseur (qui lui-même faisait parti du Sénat).

La Monnaie et l'Empire Chinois

Différentes banques de particulier

En Chine, la monnaie a fait son apparition avec les autres pays de l’Occident. Elle a eu diverses types de monnaie puisqu'elle n'était pas directement affilée au commerce mondial. De nos jours, la première monnaie Chinoise connue n'est pas réellement une monnaie comme nous le pensons. En effet, au début l'économie chinoise n'était pas fondé sur des bases du métallise (comme en Italie qui avait le bimétallisme). Leur originalité a fait qu'ils ont utilisé comme première monnaie : les cauris. Le cauris est une variété de coquillages et s'utilise aujourd'hui comme bijoux ou objets de décoration. L'avantage de cette monnaie est qu'elle créée des liens assez large mais uniquement à l'échelle locale (au niveau des commerces et de la politique).

C'est à partir du Ier millénaire que la Chine commence à évoluer au sujet de la monnaie. Elle passe d'une ère que l'on pourrait appeler "coquillage" à une ère "métallique". Néanmoins, le métal tel que le bronze était utilisé pour la fabrication d'objets diverses et variés (armes ..). L'unification de la Chine par Qin Shi Huangdi (Empereur fondateur de la dynastie Qin) au III ème siècle entraîne la création d'un système monétaire à l'échelle nationale. Dès l'instauration de ce système, un contraste entre l'utilisation de la monnaie locale et nationale s'éveille. Le nouveau système monétaire permet alors l'instauration du bimétallisme (bien avant l'empire romain) soit la circulation d'or et de bronze sous forme de pièce à travers tout le pays. Bien que ce système n'est pas duré indéfiniment, il a laissé sa trace en favorisant les relations avec l'extérieur. En effet, il a permis le développement commercial avec le monde greco - romain. La période de la Dynastie Tang et des Cinq Dynasties marque le début des diversités monétaires en Chine.

La Monnaie aujourd'hui..

Préambule

Aujourd’hui, la monnaie ne possède pas de valeur fixe et définie. Elle varie tous les jours et résulte de milliers de transactions monétaire, création d’opérations de crédits, de suppressions de remboursements de crédits, conversions de devises. L’apparition des banques remonte à près de 500 ans. Elles sont à l’origine des fluctuations du stock monétaire mis à la disposition des différents acteurs économique. Le processus de création des banques se font principalement par le biais d’opérations de crédit. En effet, ce processus est directement lié au financement de l’économie et est aussi issu d’achats effectués. Il faut noter que la croissance du stock de monnaie est très importante car elle est en relation avec l’évolution de la production et des prix. Cette croissance repose surtout sur les enjeux politiques économique. Il y a donc deux acteurs primordiaux dans ces enjeux : politique monétaire et de change. La régulation monétaire est très active et agit en conséquence sur les prix. La libération du système financier des années 80 ont permis l’intégration d’un système monétaire européen.

Formes de monnaie

Billets et pièces

Contrairement à l'ancienne ère, il y a l'instauration de plusieurs formes de monnaie :

- Il a la monnaie sous la forme de billets (monnaie fiduciaire) et de pièces (monnaie divisionnaire). On peut aussi l'appeler "monnaie centrale corporelle" (que l'on peut toucher, prendre et détruire). Elle est fabriquée par la banque centrale (institution missionnée par l’état pour faire les monnaies et bon fonctionnement de l’économie). Son but n’est pas de faire du profit, mais appliquer la politique monétaire.

- Il y a aussi la monnaie scripturale (présent dans nos comptes bancaires), cette monnaie n’existe que sous forme de nombre dans le système informatique de comptabilité des banques commerciales.

Fonctionnement

Différentes banques de particulier

Les banques de particulier (BNP, LCL…) sont des entreprises privées dont le but est le profit. Les banques commerciales privées sont les distributeurs de billets et de pièces. Ce sont les intermédiaires des commerçants et de la banque centrale. Elles réalisent les moyens de paiement tel que les chèques, les cartes bancaires, les virements, les prélèvements.

Quand une banque fait un crédit à un de ses clients, elle créée de la monnaie scripturale privés en augmentant le solde du compte de celui – ci. Elle crée des unités de compte convertible en Euro. Quand le client paye un produit, il y a circulation de la monnaie : c’est ce qu’on appelle « vélocité de la monnaie ». L’argent circulant ici, est considéré comme une dette circulante. Chaque monnaie est donc issue de l’emprunt d’argent.

Le système économique n’est en rien libérale puisque les gens sont dépendant des banques pour réaliser le moindre échange économique. La rareté de la monnaie organise donc la concurrence entre les individus, entre les entreprises, entre les nations. Les banques créent la monnaie en fonction de leur intérêt et non en fonction d’autrui.