Low Technology

De Wiki SIO EDM
Révision de 25 avril 2017 à 00:19 par Klaveau (discussion | contributions) (Page créée avec « Les '''Low Technology''', littéralement « basse technologies », est l'opposé de high-tech (haute technologies) et est attribué à des technologies apparemment simples... »)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Les Low Technology, littéralement « basse technologies », est l'opposé de high-tech (haute technologies) et est attribué à des technologies apparemment simples, économiques et populaires. En informatique, il existe des systèmes d'exploitations capables de permettre de continuer à utiliser de vieux ordinateurs : par exemple certains des systèmes d'exploitations surnommés MiniLinux sont basé sur les basse technologies. Les low-tech sont donc à la fois durable et accessible.

Histoire

La notion de low-tech apparaît dans les années 1970 dans l'ouvrage Small is Beautiful: A Study of Economics As If People Mattered, écrit par l'économiste britannique Ernst Friedrich Schumacher, précurseur de la pensée écologique en économie politique.

Les différents pilliers de la Low Technology

Locale ::

   .Elles sont généralement conçues à partir de ressources naturelles, matériaux locaux ou recyclés.
   .Elles peuvent s'adapter à différent contextes.

Economique ::

   .Conçues par l'utilisateur lui même avec des matériaux locaux.
   .Pas de petite économies.

Faible impact écologique ::

   .Technologies non energivores du moins en énergie fossiles
   .Technologies propre et renouvelable 

Do It Yourself ::

Réparable et Accessible ::

   .Technologies modulables
   .Technologies accessible pour tous

L'avenir des Low Technology

Dans un ouvrage intitulé L’âge des low tech, vers une civilisation techniquement soutenable, l’ingénieur spécialiste de la finitude des ressources minières Philippe Bihouix explique : « les low tech c’est d’abord une attitude qui vise à mieux se servir des produits high tech aujourd’hui disponibles afin d’éviter les chocs de pénuries à venir ». Parmi les actions proposées par l’ingénieur : brider la vitesse des voitures, favoriser le rechapage des pneus des véhicules individuels, standardiser la consignation des bouteilles en verre, favoriser la vente en vrac, mettre fin aux imprimés publicitaires