Les technologies de l’information et de la communication en Corée du Sud

De Wiki SIO EDM
Révision de 22 décembre 2016 à 17:29 par Smelous (discussion | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

La Corée du Sud, en coréen Daehan Minguk, 대한민국 (hangeul), est un pays de l’est de l’Asie dont la population est de 50,22 millions d'habitants. Elle est vue comme une terre d’innovation où la technologie est omniprésente notamment dans la téléphonie mobile. Son premier rang mondial en termes d'utilisation des technologies de l'information et de la communication (nombre d'abonnés à Internet à haut débit, à la téléphonie mobile,électronique grand public et industrielle,matériels informatiques...), la place derrière le Danemark et l'Islande, qui occupent respectivement les deuxième et troisième places. Le maillage réseau couvre 98 % du territoire et place la Corée largement en tête des pays les plus connectés du monde.

Texte alternatif
Diffusion massive de la téléphonie


En 2004, les exportations coréenne de TIC ont atteint 74 milliards de dollars. Les principaux produits TIC sont les semi-conducteurs, les téléphones portables, les écrans à cristaux liquides et la télévision numérique.

Quelques chiffres clés

Le marché coréen des TIC:

  • A généré 162 milliards de dollars en 2008 soit 16 % du PIB ;
  • Les exportations en TIC représentaient 75 milliards de dollars en 2008 ;
  • Le taux de pénétration de l’internet haut débit est de 93 %, premier rang mondial ;
  • Le taux de pénétration de la téléphonie mobile est de 94 % ,premier rang mondial ;
  • Les produits coréens captent 47%du marché mondial des LCD ;
  • Les produits coréens captent 25%du marché mondial des téléphones mobiles.

Impulsée par l'Etat et les Chaebols

Une collaboration avec le gouvernement


La Corée du sud a connu une crise financière en 1997. Les TIC ont été l’un des principaux secteurs de la croissance de l’économie coréenne pour en sortir. En 1999, le gouvernement coréen a lancé un programme d'infrastructures, « Cyber-Korea 21 », visant a accélérer le développement des TIC et relier aux réseaux l'ensemble des régions. De plus, des réductions d'impôt ont été accordées aux entreprises pour les inciter à investir. Les restrictions à l'investissement étranger ont également été supprimées.

En 2000, il a mis en œuvre ce que l'on appelait le projet «Dix millions de personnes d'éducation à l'Internet», dont le but était de fournir une éducation sur Internet à dix millions de personnes. Ainsi, le gouvernement à joué un vrai rôle d’impulsion en misant sur les technologies pour assurer la croissance. Cette crise financière peut être considérée non comme un frein, mais au contraire comme une raison supplémentaire d'accroître les investissements dans les technologies de l'information et de la communication.

Les Chaebols


Si le pays à su s'imposer en quelques années comme un acteur mondial incontournable des télécommunications c'est grâce au chaebol. Ce sont des grands groupes d'entreprises, présent dans tous les secteurs de l'économie et qui entretiennent des participations croisées. Les chaebols les plus connus sont :

L’apparition de ces chaebols découle d'un gouvernement militariste celui du Président Park Chung-Hee (1962-1979). L’idée était de porter l'essentiel du développement de la Corée et des nouvelles technologies par des grands groupes industriels. Le gouvernement sud-coréen conscient des limites du pays favorise l’émergence d’entrepreneurs, capables de tirer l’économie du pays vers le haut. Pour cela, ils décident de les soutenir : aides financières importantes et avantages multiples pour favoriser leur développement, l'octroit d'un statut légal qui leur permet d’écraser la concurrence. Ces grands groupes ont aider la Corée à sortir de la crise financière de 1997. Au fil des temps, ces conglomérats industriels (Samsung, LG...) sont devenus de véritables empires industriels familiaux. Ils ont la particularité d’avoir des activités fortement diversifiées et de ne jamais changé de mains depuis leur conception.

Aujourd’hui, les chaebols représentent 15% du PIB coréen et 75% des exportations coréennes dont 50% sont réalisés uniquement par les quatre plus grands chaebols. Ils sont donc devenus l'un des instruments de puissance par excellence du pays. Mais, cette omniprésence et la dépendance de l’Etat à leur soutien risque de rendre l’économie coréenne de plus en plus fragile.

Un pays très connecté

Des infrastructures électroniques performantes


La Corée a développé des infrastructures de communications électroniques parmi les plus performantes du monde.La répartition de la population se prête bien car le territoire habité est particulièrement exigu. La qualité des réseaux internet proviennent tout simplement des investissements de l'État et des grands opérateurs.

Le réseau à très-haut débit a été ainsi déployé sur 70 % du territoire en 2009. De plus, le déploiement de la fibre optique a été financé par les opérateurs eux-mêmes, chacun déployant son réseau. Depuis 2012, l'ensemble du territoire coréen possède un réseau à ultra-haut débit fixe (1 Gbit/seconde, soit dix fois plus que la fibre optique) et mobile (10 Mbit/seconde). Le pays possède déjà la 4G(150 Mb/s) mais le gouvernement sud-coréen élabore déjà un nouveau réseau,la 5G. Un débit allant à la vitesse d’1Gb/s pour une commercialisation dès 2020...

Une diffusion des nouvelles technologies


Les TIC sont une technologie de réseau: plus les individus et les entreprises sont nombreux à utiliser le réseau,plus celui-ci génère de retombées.

La Corée du Sud compte 17 millions de foyers raccordés à l'internet à haut-débit en 2010, soit un taux de pénétration proche de 100 %.

Le Wifi est très largement déployé : 66 000 points de connexion étaient disponibles fin 2010. Dans les grandes villes,se trouve de nombreux points d'accès Wifi en libre accès, dans la rue, les métros, les bus, à proximité des magasins.

Texte alternatif
Le smartphone WAVE


Les trois principaux fournisseurs d'accès à internet sont leaders dans la téléphonie fixe et mobile :

  • Korea Telecom (KT): 7,1 millions d'abonnés à internet et 17,3 millions d'abonnés au téléphone fixe;
  • SK Telecom, lié au chaebol SK : 3,9 millions d'abonnés à internet et 50 % des abonnés au téléphone portable ;
  • LG U+, rattaché au chaebol LG : 2,6 millions d'abonnés à internet.


La population a accès à des services de haut niveau sur téléphone portable: 95 % de la population dispose d'un abonnement permettant le haut débit mobile (3G), record mondial.

La Corée a eu un rôle important, dès 2005, dans la télévision mobile personnelle, qui est aujourd'hui accessible pour l'ensemble de la population. Cette technologie est soutenue par le gouvernement, qui y voit un moyen pour informer la population en cas de crise majeure. Une offre gratuite est disponible avec la technologie T-DMB.

Les smartphones, sont arrivés très tard sur le marché coréen. En 2010, les coréen décident d'y remédier et vont commercialisé le "Wave", un smartphone de Samsung. Depuis, les téléphones intelligents ont explosés: 3 millions d'entre eux étaient déjà utilisés en Corée à la mi-2010, 7 millions à la fin de la même année. La Corée dispose également de deux des trois premiers producteurs de téléphone dans le monde : Samsung et LG détenant ensemble 22 % du marché mondial, devant Apple.

Les semi-conducteurs

Les firmes coréennes ont une position dominante dans certaines niches de l'électronique : elles fabriquent près de la moitié des mémoires comme des écrans LCD. La Corée du Sud est le plus grand producteur de semi-conducteurs au monde.Elle est le troisième producteur mondial pour l'électronique grand public et le quatrième pour les composants.L’industrie des semi-conducteur coréenne se situe dans le peloton de tête des grands producteurs mondiaux et constitue la première exportation du pays (172.8 billion dollar en 2015).

Texte alternatif
Korea electronics association, l'exportation des TIC en Corée du Sud

L’e-government

La Corée du Sud est le premier pays au monde pour son administration électronique (tous les services administratifs qui peuvent être accomplis sur Internet, sans bouger de chez soi) d’après l’enquête réalisé par l’ONU en 2016. Le portail coréen a été qualifié comme exceptionnel « par son design et par les services offerts ». L’utilisation de nouvelles technologies de l'information et de la communication (TIC) est un moyen d’offrir des services publics et engager les citoyens dans la prise de décision.


Le Gouvernement de Séoul a décidé de mettre en place une administration électronique pour :

- économiser annuellement 200 millions de formulaires papier et 11 000 tonnes de CO2. L'objectif est de réaliser une économie de 400 millions d'euros par an;

- réduire la corruption (autrefois trop répandue), afin d'améliorer la confiance des citoyens ;

- favoriser les secteurs de l'information et des nouvelles technologies.


La mairie de Séoul propose de nombreux services participatifs aux citoyens:

  • une «boîte à idées » qui permet permet de recevoir des suggestions de la part des citoyens. En 2010, la mairie à reçut près de 65 000 propositions dont 82 ont été validés;
  • un système a été mis en place pour obtenir des informations publiques et recevoir des alertes sur mobile;
  • un site internet, «e-People», pour améliorer la transparence de l'administration d'État et donner la parole au gens au moyen de pétitions, de propositions.
Texte alternatif
Le système «E-people» pour réaliser des pétitions