Systèmes d'exploitation mobiles alternatifs

De Wiki SIO EDM
Aller à : navigation, rechercher


En l’espace d’une décennie et avec l’arrivée de terminaux mobiles toujours plus évolués, les systèmes d’exploitation mobiles embarqués dans ces derniers n’ont cessé de grandir au point de devenir aussi complexes et influents que les systèmes d’exploitation pour ordinateurs classiques.

 Aujourd’hui, fin 2016, mis à part Facebook, les plus grands acteurs IT (GAFAM) ont chacun leur système d’exploitation mobile.

Dans la suite de cette page, le mot "OS" sera régulièrement utilisé, c'est l'abréviation anglaise de "Operating System" qui signifie "système d'exploitation".


Principaux système d'exploitation mobiles

Android, Google

Le plus répandu est Android, acquis en 2005 par Google, il comptabilise 80 % des parts du marché mobile. C’est un Os très ouvert reposant sur un noyaux Unix et donc facilement modifiable par les développeurs. Il est le choix de prédilection de nombreux constructeurs de smartphones (Sony, Samsung, LG, Huawei, Lenovo ( après le rachat de la partie mobile de Motorola), HTC, … , la liste est longue).

iOS, Apple

iOs qui ne représente qu’environ 20 % du marché est l’Os mobile du géant de Cupertino, Apple. C’est un OS plus fermé dans le but d’assurer un contrôle et donc une sécurité accrue pour l’utilisateur. iOs est prévu pour fonctionner qu’avec l’iPhone et l’iPad, les deux produits mobiles phares d’Apple, dans le but de proposer une optimisation logicielle et matérielle hors-norme jamais vue dans un OS. Comme Android, iOs est également construit sur un noyaux Unix tout comme son « grand frère » MacOs (anciennement Mac OS X). Ses bases communes, permettrons peu être à terme d’unifier ses deux OS afin d’offrir un expérience utilisateur des plus transparentes comme ce fut le choix de Microsoft qui propose avec Windows 10 un OS multi-plateforme.


Windows 10, Microsoft

Windows 10 est aujourd'hui l’unique OS de la firme de Redmond, Microsoft. Capable d’être installé sur large choix de terminaux (Intel/AMD/x86/x64/ARM) allant du PC fixe au smartphone en passant par les tablettes (hybrides ou non) et les laptops, c’est un choix stratégique pour le long terme qu’a choisit Microsoft mais son OS est actuellement très peu présent sur le marché des smartphones. Ce retard s’explique par une prise de conscience tardive par l’entreprise du potentiel des smartphones mais également d’un « boudage » de son ancien OS mobile (Windows Phone) de la part des développeurs d’applications mobiles.


FireOS, Amazon

Le FireOS est le système d’exploitation mobile d’Amazon équipant la famille des tablettes Kindle, du FirePhone (qui a fait un beau flop) ou encore l’Amazon Fire TV. FireOs est fork d’Android, comme l’est Ubuntu avec Debian, c’est à dire que FireOs repose sur le code open-source d’Android mais certaines fonctionnalités ont été modifiés, ajoutés, supprimées par Amazon (comme le Google Playstore par exemple) dans le but d’intégrer son propre écosystème et ses propres services : Amazon Appstore pour les applications, Amazon Video et Amazon MP3 & Audible pour les films et séries ou la musique ou encore Kindle Store pour les ebooks.


Autres système d'exploitation mobile

D’autres OS mobiles ont tenté de percer dans ce marché mais la plupart ont été abandonnés avant même que leur nom atteigne les oreilles du grand public, on pense par exemple à BlackBerry Os qui n’a jamais convaincu le grand plublic par son pauvre catalogue d’application ou encore au Firefox OS de Mozilla dont le développement est toujours retardé (le projet est renommé en B2G OS pour Boot To Gecko OS), il y'a a aussi Sailfish OS lui aussi basé sur un noyau UNIX, plus ou moins financé par Nokia puis par des anciens de cette même société Finlandaise mais qui semble ne plus donner de signe de vie.

Cependant, deux nouveaux Os mobiles visant le grand semblent toujours en développement  :

Ubuntu Touch qui est une version mobile de la distribution Linux connue du grand public Ubuntu.

Tizen qui est peu être le plus prometteur, principalement soutenu et développé par Samsung, il devrait être compatible avec tous les navigateurs WEB (car codé en HTML5) et donc multi-plateforme. Tizen a pour soutient des géants du secteur IT comme Intel, Nvidia ou encore Texas Instrument qui développent des pilotes open-source pour cette plateforme. De plus, les applications Android sont compatibles avec Tizen (en partie grâce à la machine virtuelle pour mobile « Dalvik »).



Les OS alternatifs

Le JailBreak iOS

Embarquant des systèmes de plus en plus puissant et accessibles aux développeurs (« ou bidouilleurs »), ces derniers n’ont pas perdu de temps pour améliorer de manière non officiel le logiciel de leurs smartphones.


C’est ainsi qu’en Mars 2008, quelques mois seulement après la sortie du premier iPhone, Jay Ryan Freeman plus connu sous le nom de Saurik exploite des failles de sécurité du logiciel d’époque « iPhone Os » et obtient un accès « Root » appelé « jailbreak » sur son iPhone.

Ce niveau de droit d’administration est le plus élevé et permet de prendre un contrôle total sur l’OS. Il créé quelques temps après l’application non officiel et open-source, « Cydia », que l’on installe en « jailbreakant » son iDevice. Celle-ci permet d’installer des « tweaks » (modification visuel, optimisation de l’ergonomie de l’Os, ajout de fonctionnalités comme la possibilité de filmer ou d’utiliser son iPhone comme point d’accès wifi, …) et des applications pour son iPhone.

Sans le savoir Saurik vient d’inventer le premier magasin d’application mobile qui influera énormément les modèles économiques des stores actuels (AppStore, Playstore et Windows Store). C’est cette simplicité pour l’utilisateur de pouvoir télécharger des « paquets » qui s’installent de manière automatisée et sécurisé et permettant de réellement rendre son smartphone unique et personnalisé en fonction de ses goûts et besoins qui plaira le plus.

Au yeux de la loi, que ce soit en France ou aux État-Unis, rien n’interdit officiellement de modifier le firmware ou la ROM de son smartphone mais les constructeurs peuvent annuler la garantie de celui-ci s’il découvre la modification. Heureusement une simple restauration logiciel à l’état d’usine permet de supprimer dans la grande majorité des cas toutes les traces de ces manipulations.

Quelques temps après, Apple dévoile son fameux AppStore permettant de télécharger des applications développés par des développeurs tiers. C’est le réel début de l’avènement des smartphones.

Pendant plusieurs années, le monde du jailbreak et Apple joueront au chat et à la souris car Apple tentera de rendre son système iOs inviolable à fin de contrer le jailbreak, mais à chaque nouvel version de l’Os, des équipes de hackeurs tenteront d’être les premiers à offrir à la communauté le tant convoité jailbreak permettant de customiser son iPhone et d’installer les application payantes gratuitement.


À première vue, le jailbreak est mauvais pour Apple, les applications « crackées » ne lui rapportent pas d’argent ni aux developpeurs, la sécurité des iDevices modifiée est souvent fortement réduite et le Cydia store génère de l’argent dans son dos. Mais, d’un autre coté, la créativité des développeurs de tweaks Cydia est une source d’inspiration infinies pour la pomme qui n’a pas hésiter à améliorer son Os avec les meilleurs idées issues du jailbreak. De plus, il permet à Apple de sécuriser version après version son OS en comblant les failles exploitées par ces hackers qui n’hésitent pas à lui fournir les détails de leur exploits. Parmis ces hackers, souvent des jeunes adultes, certains se feront remarquer par leurs génie au point de se faire embaucher chez Apple ou dans d’autres grandes sociétés de la Silicon Valley.

Aujourd’hui, le jailbreak s’est en quelque sorte endormi, iOs est devenu un suffisamment complet et mature pour que les utilisateurs ne ressentent plus le besoin de jailbreaker leur iPhone ou iPad. Apple a également légalisé l’installation d’application hors AppStore via un système de certificat s’appuyant sur le programme de développement officiel Xcode. De plus, les failles sont de plus en plus longues et difficiles à trouver pour les hackers. La communauté n’est plus très active car les derniers jailbreak stables concernent souvent une version d’iOs datant de plusieurs mois et donc en retard avec les dernières nouveauté et souvent incompatible avec le dernier iPhone.



Les "ROMS Customs" Android

L’évolution très rapide des terminaux mobiles et le nombre impressionnant de modèles différent principalement dans le monde Android a rapidement créé une fragmentation des version de l’OS. C’est à dire que seuls les derniers modèles de smartphone (et souvent l’unique modèle haut de gamme de la marque, plus communément appelés « flagship » ) supportent les dernières version de l’OS.

Si les constructeurs ne font pas l’effort de mettre à jour le système d’exploitation d’un modèle alors celui-ci n’évoluera plus même si les caractéristiques techniques le permettent.

C’est ce qui est souvent reproché à l’univers Android contrairement à l’iPhone qui s’est vu être mis à jour pendant jusqu’à cinq années (par exemple : l’iPhone 4s commercialisé en octobre 2011 sous iOs 5.0 sera mis à jour jusqu’en 2016 avec iOs 9.4 ; même si ce dernier pouvait accuser beaucoup de ralentissement dans ces derniers mois d’utilisation, les mises à jour de sécurité étaient bien présentes).

C’est donc du manque de support logiciel que l’on accuse les constructeurs Android au point de parler d’obsolescence programmée. Certains Androphone n’ont même jamais reçu la moindre mise à jour de la part de leur constructeur mais le monde Android a réagi enfin du moins Google a proposé dès 2010 les smartphone de la gamme « Nexus ».

Ces derniers sont des smartphones conçus par Google en partenariat avec un constructeur (principalement LG, Samsung et HTC). Ils ont la particularité de ne pas contenir une des surcouches constructeur (ex : TouchWizz de Samsung) souvent décriées comme étant à l’origine de ralentissement et souvent bien inutiles pour l’utilisateurs, contenant des pourriciel (logiciel installés par défaut, ne pouvant pas être désinstallé sans accès root et payant pour utiliser toutes ses fonctionnalités).

Sans surcouche constructeur, c’est donc une version « pure » d’Android qui est présente dans les Nexus et c’est aussi le cas dans la plupart des Roms customs dans le but d’obtenir une partie logiciel du smartphone la plus propre et optimisée possible.

Une Roms custom, est une version « pure » d’Android qui a été adaptée à un smartphone précis. Les roms pures peuvent êtres retravaillé afin d’offrir plus de personnalisation, de nouvelles fonctionnalité à la manière du jailbreak. Ce travail est réalisé par une immense communauté de développeurs qui travaillent bénévolement.

Certains vont encore plus loin en optimisant le kernel ( le lien entre les parties logicielle et matérielle) pour travailler l’autonomie ou les performances du smartphone.

Ces Roms customs ne sont pas disponibles pour tous les smartphones mais les modèles les plus vendus ont souvent plusieurs roms qui leurs sont disponibles.

CyanogenMod