OVH

De Wiki SIO EDM
Aller à : navigation, rechercher

OVH Logo.png

Présentation

OVH est une SAS[1] française, son activité repose sur l'hébergement de sites web. La société propose des serveurs dédiés [2], des serveurs privés[3], de l'hébergement mutualisé [4], du housing (ou colocation), des services de Cloud computing, de la fourniture d'accès Internet par lignes ADSL[5], VDSL[6] ainsi que SDSL[7], l'enregistrement de noms de domaine, ainsi que de la téléphonie sur IP[8].

Avec environ 200 000 serveurs en juillet 2015, OVH dispose de l'un des plus grands parcs de serveurs au monde.

La société propose au public certains événements dans les pays où elle fait affaire, OVH World Tour qui regroupe des Labs, Formations ...

Une de leur conférence intitulée “Gérer ses pics de charges et comment éviter l’effet Capital ?” était présenté en Novembre 2015 sur Bordeaux afin d'en expliquer les tenants et aboutissants.

Explication

Mais qu’est ce que l’effet “Capital” ? Il tient son nom de l'émission Capital diffusée sur M6. En effet, il arrive lors de cette émission, que des sites web soient présentés au public et.. presque systématiquement (on parle de 90% d’après OVH), les sites web présentés sont hors ligne quelques minutes après la diffusion.

En effet, cette émission possède une très forte audience, qui ne demande qu’a accéder aux sites web présentés, causant, sans le vouloir, une énorme surcharge de trafic, mettant complètement hors service toutes les infrastructures qui ne sont pas prévues pour y résister et chose incroyable, certains de ces sites web restent hors lignes pendant plusieurs heures après la fin de l’émission.

A titre d’exemple lors de soldes d’hiver ou de jours de promotion (black friday) en général le trafic des sites marchands voient leur trafic multiplié par 3, dans le cas d’une mention dans un journal le trafic est multiplié par 5, dans le cas d’un tweet influant le trafic est multiplié par 30, enfin lors d’un passage à la télé le trafic est multiplié par 150 (et ceux de façon temporaire évidemment). Or les utilisateurs essayant de se connecter sur ces sites pendant ces “downtime” n’en comprennent pas forcement la raison ce qui a pour effet de donner une mauvaise image du site et de la marque au yeux de nouveaux clients potentiels.

L’effet capital caractérise donc la panne d’un site web lié à un pic de charge brutal.

Pour OVH, il y a deux principaux critère à prendre en compte concernant ces pics de charges: • La prévisibilité de ces derniers • La récurrence de ces derniers

Suivants les critères, plusieurs approches sont possibles.

Solutions

Trois cas nous sont alors présentés :

Pour le cas d’un site où le pic de charge est prévisible, mais non récurent (un passage dans une émission TV prévu par exemple) : Le mieux reste de mettre en place un load balacing (OVH propose des IP load balancés par exemple), de mettre en place, temporairement, plusieurs serveurs pour servir le site web, et, éventuellement, de doubler l’infrastructure de base de données (avec une base servant à assurer des requêtes de lecture, et l’autre d’écriture). On peut ainsi imaginer un site qui passe en “lecture seule” (achats bloqués, mais consultation possible), lorsque la charge devient trop importante. Il est également nécessaire d’avoir une équipe disponible pour intervenir rapidement en cas de panne.

Dans le cas d’un pic de charge prévisible, et récurrent (par exemple, un site consacré au football, qui pourrait avoir un très fort pic d’activité tout les soirs de match, pendant la coupe du monde). Le mieux est de suivre la même approche que précédemment, mais également d’investir sur un CDN[9], permettant d’avoir un cache des données statiques d’un site web, et ainsi, diminuer fortement le nombre de requêtes, et ainsi alléger les serveurs web.

Enfin, le dernier cas présenté, est celui d’un site à qui il arrive d’avoir de fort pics de charges, mais qui ne sont pas forcément prévisibles. La solution, ici, est alors plus complexe. Selon OVH, l’idée est d’avoir plusieurs serveurs webs gérant -en temps normal- le site et plusieurs bases de données, mais de prévoir également un système de machines virtuelles (ou d’instances) pouvant être déployées automatiquement (grâce à l’API[10] d’OVH) afin d’y installer automatiquement un serveur web et tout le nécessaire et de les ajouter au load balacing (ce type d’architecture est appelé “elastic ready”). Ainsi, lors d’un pic de charge, si la charge dépasse -par exemple- 80% de la capacité, on peut mettre en place automatiquement un serveur web supplémentaire et donc, augmenter la capacité. Si un très fort pic de charge imprévu se présente, on peut alors en quelques minutes seulement, tripler ou quadrupler l’infrastructure existante et ainsi n’avoir aucun downtime.

Finalement le service CDN d’OVH, permet de répliquer les données statiques d’un site web (images, feuilles de style, etc) à plusieurs endroits dans le monde, permettant d'accélérer le chargement des pages web (seule la partie dynamique est chargée) tout en économisant des dizaines de requêtes par visites, au serveur web.