Joseph Schumpeter

De Wiki SIO EDM
Aller à : navigation, rechercher

Qui est Joseph Schumpeter ?

Ses origines :

Joseph Alois Schumpeter naît le 8 février 1883 à Triesch en Moravie, dans l’Empire d’Autriche-Hongrie (actuelle République Tchèque) dans une famille de la bourgeoisie autrichienne. Il devient orphelin en 1887 à l’âge de 4 ans. Il déménagera à Vienne suite au remariage de sa mère en 1893. Ses études : Il intègre la faculté de Droit de Vienne en 1901. Il s’intéresse d’abord à la sociologie, en étudiant des auteurs (Werner Sombart et Max Weber notamment) avant de découvrir le domaine de l’économie. Il suit alors les cours de l’Ecole autrichienne pour obtenir son diplôme de docteur en Droit en 1906. Il se rend alors en Angleterre et se marie avec Gladys Ricards Seaver.

[1]

Sa vie d’économiste :

Il quitte donc l’Angleterre pour s’installer au Caire et exercer le métier d’avocat pour le tribunal mixte international. Il publie son premier ouvrage, portant sur la statistique économique, « Nature et essence de l'économie théorique » en 1908, qui devient rapidement un classique de ce domaine. De ce fait, il obtient un poste de professeur associé en économie politique à l'université de Czernowitz, en Ukraine. Ensuite, intéressé par la dynamique et les lois du changement économique, Il publie en 1911 son second ouvrage nommé « Théorie de l’évolution économique », qui s’affranchit du cadre néoclassique. Il appuiera dans celui-ci les dimensions de l'entrepreneur et du mécanisme de destruction créatrice (détaillé par la suite) survenue par l’arrivée de nouveaux produits sur le marché. Il exerce ensuite le métier de professeur en Autriche, à l'université de Graz. Il présidera le périodique allemand « Archiv für Sozialwissenschaften » (1904 – 1933) avec Werner Sombart et Max Weber, qui se consacre aux sciences sociales, économiques et politiques, et qui sera traduit « Archives pour les sciences sociales ». Vers 1913 – 1914, il sera brièvement professeur invité à l’université Columbia de New York. A la suite de la Première Guerre mondiale, il devient ministre des Finances du gouvernement de coalition des sociaux-démocrates, des sociaux-chrétiens et des socialistes révolutionnaires durant une courte période (1919 – 1920), sous l’égide d’ Otto Bauer pendant que l’Empire austro-hongrois s’écroule. Il divorce alors avec Gladys Ricards Seaver avant de gérer la banque privée Biedermann pendant 4 ans, mais elle fera faillite en 1924. L’an suivant, il devient professeur des finances publiques à l'université de Bonn et se marie avec Anna Reisinger. En 1926, il perdra sa mère, sa femme, et leur nouveau-né. Il publie la même année une deuxième édition de la Théorie de l’évolution économique.Joseph Schumpeter enseignera à l’université d’Harvard dès 1927, et pour cause, l’arrivée des extrémismes en Europe. Il aura comme élèves plusieurs futurs économistes reconnus. Il gardera ce poste jusqu’à son décès. Il épouse en 1937 Elizabeth Boody, une économiste. Co-fondateur de la Société d’économétrie, il sera à la tête de celle-ci de 1937 à 1941. Il sera ensuite président de l' « American Economic Association » en 1948. Il publiera deux ouvrages avant de décéder, « Les Cycles des affaires » et « Capitalisme, socialisme et démocratie », respectivement en 1939 et 1942.

Son décès :

Victime d’une hémorragie cérébrale, il décèdera à l’âge de 66 ans, le 8 janvier 1950, à son domicile dans le Connecticut, alors qu’il s’apprêtait à devenir premier président de l’ « Association internationale d'économie ». Son épouse révèlera alors deux écrits de Joseph Schumpeter, « Histoire de l'analyse économique » en 1954 et « L'essence de la monnaie » en 1970.

La théorie de la destruction créatrice

D'où provient cette théorie

Au départ, cette théorie émane des idées de Friedrich Nietzsche, puis de la formulation de Werner Sombart. Joseph Schumpeter a su comprendre cette théorie grâce aux travaux de Karl Marx. La théorie de la destruction créatrice est désormais connus comme étant écrite par Joseph Schumpeter dans son livre "Capitalisme, Socialisme et Démocratie".

Le principe

Une innovation majeure issue d'une entreprise engendre une phase de croissance de celle-ci, synonyme de créations d'emplois. En parallèle, des entreprises du même secteur économique font faillite à cause de leurs techniques ou leurs produits devenues obsolètes ce qui provoque une phase de dépression, destructrice d'emplois ; cette phase de difficultés économiques suscite cependant l'imagination créatrice de nouveaux entrepreneurs, donc de nouvelles inovations et une nouvelle phase de croissance.