Internet des objets

De Wiki SIO EDM
Aller à : navigation, rechercher

L'Internet des objets (IdO) est une « infrastructure mondiale pour la société de l'information, qui permet de disposer de services évolués en interconnectant des objets (physiques ou virtuels) grâce aux technologies de l'information et de la communication interopérables existantes ou en évolution ».

D'un point de vue conceptuel, l'Internet des objets caractérise des objets physiques connectés ayant leur propre identité numérique et capables de communiquer les uns avec les autres. Ce réseau crée en quelque sorte une passerelle entre le monde physique et le monde virtuel.

D'un point de vue technique, l'IdO consiste en l'identification numérique directe et normalisée (adresse IP, protocoles smtp, http...) d'un objet physique grâce à un système de communication sans fil qui peut être une puce RFID, Bluetooth ou Wi-Fi.

IOT.jpeg

Histoire

L'Internet des objets est apparu dans le cadre d'une tendance lourde, issue de la mécanisation et standardisation, appliquée à l'automatisation du traitement du document et de l'information sur support matériel puis numérique (dont au service de la production et recherche documentaire).

Apparu aux États-Unis, il s'est rapidement diffusé avec la mondialisation, aboutissant à connecter des machines à des serveurs capables de les superviser (ces machines étant notamment des ordinateurs mis en réseau dans ce que certains ont nommé l'« internet des machines »).

Peu à peu des objets ont été modifiés (avec des puces RFID par exemple) ou conçus pour « parler le protocole IP », devenant des « objets connectés », reliés à des serveurs centralisés et/ou capables de communiquer entre eux et/ou avec des réseaux de serveurs et divers acteurs, d'une manière de moins en moins centralisée.

Objets connectés et applications

Les objets connectés sont producteurs de grandes quantités de données du fait de leur nombre important (estimé à 150 milliards d'ici 2025), le traitement de ces données entre donc dans le cadre du Big data. La présence d'objets connectés est de plus en plus forte dans le domaine de la domotique, en effet, de plus en plus d'appareil électroménagers sont capable de communiquer, ainsi que la présence de capteurs tel que les thermostats, détecteurs de fumée...

Le domaine de la santé et du bien-être est également touché par le phénomène des objets connectés avec l'apparition des montres et bracelets connectés permettant de récoltés des données à caractère médicale (tension, rythme cardiaque...)

Commercialisation et marché

L'explosion du nombre de smartphones et de connexions a créé un marché nouveau aux opportunités quasi-infinies : dans les années 2010, de nombreux rapports comme celui du cabinet McKinsey20 désignent ce marché comme l'une des principales sources de croissance. En 2016, 5,5 millions d'objets sont connectés chaque jour dans le monde. Un nombre qui pourrait rapidement atteindre des milliards, d'ici à 2020. Gartner prévoit en effet que 26 milliards d'objets seront installées en 2020, une augmentation importante par rapport aux 0,9 milliard d'unités de 2009.

Des entreprises comme IBM, Intel et Google entrent rapidement dans la « transition connectée », qui suppose de profondes transformations des méthodes de production et de management. En effet, la connexion permanente, malgré les facilités de communications qu'elle suppose, crée de nouveaux obstacles liés notamment à la sécurité des produits ; le risque de hacking en particulier contraint à des investissements non négligeables qui tendent à transformer la chaîne de production.

De nombreux géants du Web ce sont lancés dans la vente d'objets connectés ou propose des services liés à ceux-ci (tel que Google, Intel, IBM ou samsung).