Alan Turing

De Wiki SIO EDM
Aller à : navigation, rechercher

Alan Turing (1912-1954) était un brillant mathématicien et pionnier de l'informatique. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il faisait partie d'un groupe très secret de « codebreakers » ayant contribué à décrypter la machine allemande Enigma. Ce travail de code a considérablement aidé les Alliés à gagner la guerre, en particulier la guerre navale dans l’Atlantique. En raison de la nature très secrète de son travail, Turing obtint peu de reconnaissance extérieure pour son travail (même s’il obtint un OBE en 1948). En 1952, il fut arrêté pour homosexualité et mourut un an plus tard d'un empoisonnement au cyanure. À titre posthume, Turing a reçu des excuses publiques officielles en 2009 .La reine Élisabeth II le reconnaît comme héros de guerre et le gracie à titre posthume en 2013.


Enfance

Turning est né à Londres le 23 juin 1912. Son père a servi dans la fonction publique indienne et, avec son frère John, ils ont passé quelque temps à Hastings, où ils ont été élevés par un couple de militaires à la retraite. Turing était un étudiant faisant preuve d'un talent exceptionnel en mathématiques et en sciences. Il s'ennuyait des matières classiques comme le latin et le grec et préférait résoudre des problèmes mathématiques. Dès l'âge de 13 ans, il étudie à l'école publique Sherborne dans le Dorset. Le premier jour d'école a coïncidé avec la grève générale de 1926, mais Turing était décider d'assister à sa rentrée, il a fait lui-même le trajet de 60 km pour y aller en vélo. À l'école, son génie mathématique et ses manières excentriques on fait qu’il à été assez compliqué pour lui de s’intégrer et il était donc seul. Il s'est lié d'amitié avec un garçon appelé Christopher Morcom. Ils partageaient un intérêt pour les mathématiques, l'astronomie et les sciences. La mort de Morcom en 1930 à la suite d’une tuberculose bovine a beaucoup frappé Turing parce qu’il était son seul ami proche. Pendant son adolescence, Turing a lu la théorie de la relativité d’Albert Einstein et ses notes témoignent d’une compréhension impressionnante.

Etudes et travaux

Après Sherborne, Turing étudia les mathématiques au King’s College de Cambridge (1931-1934). Il a reçu des honneurs de première classe et, moins d'un an après avoir obtenu son diplôme, Turing a rédigé une thèse sur le théorème de la limite centrale, une composante de la théorie des probabilités. Cela le conduisit à être élu très jeune au King’s College. Il s'est impliqué dans le mouvement anti-guerre de 1933, mais a rejeté le marxisme et le pacifisme. Il était proche d'intellectuels libéraux du Cambridge tels que John M. Keynes et A.C. Pigou.

En 1936, il publia un autre article fondamental intitulé «Sur les nombres calculables avec une application au problème d’entscheidungs» (problème de décision). Il incluait la notion de machine universelle qui serait une machine capable de résoudre tout problème mathématique avec le bon algorithme. C'est un concept de l'informatique moderne.

De 1936 à 1938, il étudie les mathématiques et la cryptologie à Princeton aux États-Unis. Il obtint son doctorat. Turing eut la possibilité de rester aux États-Unis avec John Von Neumann mais choisit de revenir à Cambridge. De retour à Cambridge, il a assisté aux conférences philosophiques de Ludwig Wittgenstein avec qui il a débattu de l'importance philosophique des mathématiques.

À partir de septembre 1938, Turing commença à travailler à temps partiel avec l'organisation britannique de codebreaking (GC & CS). À partir de juillet 1939, Turing s’efforce de trouver de meilleurs moyens de décoder les messages Enigma. Turing a développé une machine (appelée Bomb) utilisant le déchiffrement basé sur un lit d'enfant qui recherchait l'ordre du rotor et les paramètres d'Enigma. Lorsque la machine reconnait un paramètre défaillant, elle est passée électroniquement à la combinaison suivante. Turing a développé une pondération des preuves, ce qui lui a permis de sauter certaines combinaisons, le rendant beaucoup plus rapide. Turing a déclaré qu'il utilisait une combinaison d'intuition et de raisonnement.

La machine Turing

Les Allemands pensaient qu'Enigma était indéchiffrable à cause du grand nombre de combinaisons possibles (10PUISSANCE19). Cependant, en 1940, la machine électromécanique était capable d'intercepter et de décoder les messages énigmes. Il a également utilisé l'analyse statistique pour optimiser les différentes possibilités dans le processus de déchiffrage de code. Le travail de Turing a été jugé si important pour la sécurité nationale qu’il a été classé secret-défense pendant 70 ans.

La machine a eu un succès considérable et a mis les Alliés en garde contre les opérations militaires allemandes. Cela était particulièrement vital pour la guerre de l'Atlantique, car il mettait en garde contre les attaques de sous-marins par des convois. Malgré le travail vital, l’équipe de Turing au refuge 8 à Bletchley Park se sentait frustrée de ne pas disposer de ressources suffisantes. En octobre 1941, ils écrivirent à Winston Churchill pour demander davantage de ressources. Churchill a immédiatement donné suite à leur demande et leurs ressources ont été beaucoup améliorées. À la fin de la guerre, 200 machines de Turing étaient en opération. En 1942, Turing se rend aux États-Unis, où il s'implique dans des tentatives pionnières de chiffrement électronique de la parole au téléphone. De retour au Royaume-Uni, Turing a aidé à développer un nom de communicateur vocal sécurisé, nommé Delilah. Ils ont réussi à chiffrer un discours de Churchill, mais il était trop tard pour être utilisé pendant la guerre.


Après la guerre

Après la guerre, Turing a commencé à travailler sur une nouvelle génération d’ordinateurs, notamment le moteur de calcul automatique (ACE) et la conception du premier ordinateur à programme enregistré. La version complète d’ACE n’a été construite qu’après la mort de Turing, mais c’est une étape décisive pour l’ordinateur moderne. Plus tard, les ordinateurs novateurs s’appuient sur les aspects des nouvelles idées d’ACE.   En 1948, Turing s'installa à Manchester où il fut nommé directeur adjoint du laboratoire d'informatique de l'université de Manchester. Ici, il développa un logiciel pour un ordinateur ancien, «Manchester Mark I». Il s'est également intéressé au concept philosophique et pratique de l'intelligence artificielle. Turing est considéré comme le père de l'intelligence artificielle alors qu'il développait un test pour voir si un ordinateur pouvait être considéré comme intelligent. "Computing Machinery and Intelligence" (1950) a été un travail important. Il a mis au point "Le jeu de l'imitation", désormais appelé test de Turing; le test indiquait qu’un ordinateur pouvait être considéré comme "pensant" si un humain ne pouvait pas faire la distinction entre la réponse d’un ordinateur et celle d’un humain.     Turing a également développé l'un des tout premiers jeux d'échecs sur ordinateur.   En 1951, il se concentra également sur la biologie mathématique - fasciné par la raison pour laquelle les structures des plantes arboraient des nombres de Fibonacci (chaque nombre après les deux premiers correspond à la somme des deux précédents 1,1,2,3,5,8,13).   En 1952, il a été élu membre de la Royal Society.

Condamnation

En 1952, Turing entame une liaison à Manchester. Le 23 janvier, son domicile a été cambriolé et la police a enquêté sur le cambriolage. Le dossier de guerre de Turing n’aurait pas été mis à la disposition de la police car il aurait été couvert par la loi sur les secrets officiels. Au cours de leur enquête, Murray a admis que Turing et lui avaient eu une relation homosexuelle. Murray était également responsable du cambriolage. Turing a reconnu sa culpabilité et a accepté la peine de castration chimique (plutôt qu'une peine de prison). Le médicament était une forme d'œstrogène synthétique.

Turing a perdu ses autorisations officielles, mais il a conservé son poste.


Mort

Le 8 juin 1954, il est retrouvé mort dans sa chambre d’hotel. Une enquête a rendu un verdict de suicide suite à une intoxication au cyanure. Il est possible que ce ne soit pas un suicide mais une ingestion accidentelle résultant d'une expérience de galvanoplastie d'or sur des cuillères. En 2013, un projet de loi a été adopté offrant la grâce légale à Turing pour les infractions en vertu de l'article 11 de la loi portant amendement du droit pénal de 1885. En 2016, la loi (connue sous le nom de loi de Turing) a été élargie afin de pardonner rétroactivement tous les hommes condamnés en vertu de la législation historique. de grossière indécence.